Cimetière Américain – Omaha Beach

Le cimetière d’Omaha Beach  est situé à Colleville-sur-Mer dans le Calvados, face à la plage d’Omaha, dite « la sanglante » en raison de l’intensité des combats et surtout des pertes humaines. Il a été inauguré en 1956 à la mémoire de ces soldats américains morts lors du débarquement en Juin 1944 . Les croix blanches en marbre de Carrare sont parfaitement alignées et disposées de chaque côté des allées principales qui forment une croix latine.

La Pointe du HOC

La pointe du Hoc est située à Cricqueville-en-Bressin dans le Calvados. Il s’agit d’une falaise haute de 30 mètres surplombant la mer et située entre les plages d’Omaha à l’est et d’Utach à l’ouest. La prise de contrôle de ce dispositif de défense allemande a fait l’objet d’un important pilonnage aérien de la part des forces alliées et , plus de 70 ans après, les cratères laissés par les bombes sont encore très visibles.

Sainte Mère Eglise

Sainte Mère Eglise revendique sa place de premier village libéré de France en Juin 1944. Dans la nuit du 5 au 6 juin  , alors que les habitants lutaient contre l’incendie d’une maison, les premiers parachutistes de la 82ème Division aéroportée américaine étaient largués au-dessus du village. Beaucoup d’entre eux furent tués par les Allemands avant même qu’ils ne puissent toucher le sol. L’un de ces soldats, l’américain John Steel fut atteint au pied par un éclat de Flak (canon antiaérien) . Il ne pouvait plus contrôler son parachute et atterrit finalement sur le clocher de l’église aux alentours de 1h00 du matin. John se balançait et tentait de se libérer de son parachute tandis que sur la place, tout autour de l’église, la bataille faisait rage. C’est son mannequin qu’on peut voir actuellement  accroché au clocher de l’Eglise

 

Parc Naturel Régional des Marais du Cotentin et du Bessin

Sur 145.000 hectares dont 25.000 de marais, se développe une zone protégée, irriguée par de nombreux fleuves côtiers, riches d’espèces animales et végétales qui en fait un lieu idéal d’hivernage et de nidification pour les oiseaux migrateurs, et reconnue comme étant la plus grande zone humide d’Europe. Des observatoires sont aménagés pour observer ces oiseaux et des sentiers balisés permettent de découvrir cette faune et cette flore dans ses différents milieux. Des ballades fluviales sur la Douve et la Taute sont possibles de mai à septembre . Les marais inondés, dit « marais blancs » sont visibles d’octobre à février et peuvent recouvrir des centaines d’hectares de pâturage. La maison d’accueil du Parc organise des expositions, projections, des visites guidées, randonnées et autres ateliers.

Le pont-canal de Carentan

C’est un ouvrage d’art comme il en existe peu en France réalisé sur la commune en 1994. Le port de Carentan est relié à la mer par un canal de 7km de long et son écluse en fait un port en eau toute l’année, ce qui permet d’accueillir de nombreux voiliers. Quand la rocade de Carentan a été créée, elle devait « couper » ce canal. Faire un pont pour l’enjamber et permettre aux voiliers de relier la mer aurait été trop couteux. C’est pourquoi l’idée du pont canal s’est avérée plus appropriée. La route passe donc en dessous  sur une longueur de 615m, son point le plus bas étant situé à 10 mètres en dessous du canal qui a un tirant d’eau de 8m.

Origine de Carentan

Celle-ci remonte à la haute antiquité. Forteresse de la baie des Veys, elle protégeait l’entrée du Cotentin et des marais au Moyen Âge.
L’accès à la cité se faisait à l’ouest par la porte de Saint-Côme, et à l’est, par la porte de Saint-Hilaire. Le château était implanté à l’emplacement de l’actuelle place du Valnoble.
En 1346, Édouard III d’Angleterre s’empare de la ville qu’il livre au pillage puis ordonne la destruction des remparts.